Les tests de dépistages sont maintenant de plus en plus utilisés par les parents et les employeurs.

Méconnus de la plupart des français, ils ont pourtant un succès non négligeable : les ventes explosent. Ces tests qui décèlent les prises de cannabis dans le corps même après 3 mois, sont en vente libre dans n’importe quelle pharmacie. Leur fonctionnement est le suivant : tremper le test dans un récipient contenant de l’urine provenant de la personne suspectée. Si elle est positive, le buvard vire au violet, en réaction aux composés organiques du cannabis.

Cela crée immanquablement une atmosphère imprégnée de soupçons…

Brigitte Gouzou, commerciale pour le distributeur ID Pharma affirme selon la presse, que ces tests sont déjà utilisés par la police, les pompiers, l’administration pénitentiaire, l’armée et les hôpitaux, et ce depuis bien 20 ans. Or certains parents dépités, certains employeurs suspicieux, se désolaient de ne pas pouvoir y avoir accès. C’est chose réglée depuis 2003.

Avec un taux de fiabilité de plus de 90% de réussite, cet outil de contrôle est qualifié d’efficace, en outre il crée immanquablement une atmosphère imprégnée de soupçons, voire malsaine, entre ceux qui y ont recours et les personnes testées.

“Ce test stigmatise des consommateurs qui se sentent alors assimilés à de grands toxicomanes en infraction. L’argument sécuritaire sert à justifier une mise sous contrôle général de la société. On est loin d’une solution préventive” analyse le médecin généraliste Yves Poher selon la presse.

Pour le cas des employeurs, l’obligation de se soumettre aux tests de dépistage est une transgression du droit à la vie privée, seulement, le refus de se soumettre et d’obéir à son patron renforcera les soupçons de ce dernier… C’est donc une sorte de contrat de confiance entre les deux parties, bien qu’en dehors de l’entreprise, l’employé fait à priori ce qu’il veut et que ça ne regarde pas le patron. Et renvoyer une personne parce qu’elle fume du cannabis hors des heures de travail est discriminatoire.

Image : Haschich par themadpothead

Tags: conduite, contrôle, discrimination, droit à la vie privée, suspicion, test de dépistage, test urinaire

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.