Voici encore un constat navrant : la presse locale livre une information en l’occurrence un témoignage de plusieurs collégiens qui ont cru bon de se faire mousser devant leurs copains… Ils délivrent ça brut, et sans préciser qu’en pays où l’herbe à défaut d’être légale est tolérée à la vente, les jeunes clashent le cannabis plus volontier qu’ils ne l’adoptent…

Cannabis : paroles de jeunes et prévention dans les collèges – Baud

mardi 05 janvier 2010


Ils ont entre 12 et 16 ans et ont déjà une expérience du cannabis. Scolarisés dans les deux collèges de Baud, ils s’expriment librement sur cette drogue.

Un élève de 5 e

« Au collège, y en a trop qui fument. Dans la cour on se planque et on fume. Après quand on retourne en cours on se tape des barres, des fois les profs ne comprennent pas pourquoi on rigole. Des fois c’est pour un vieux délire, mais on ne peut plus s’arrêter. Forcément, en classe ça ne nous aide pas de fumer, on a plus de mal à rester concentrer. »

Un élève de 3 e

« Moi, je fume parce que ça me détend, je suis trop nerveux, et quand je fume c’est comme si je me mettais en pause en fait, je prends une parenthèse pour moi. C’est une forme de fuite c’est sûr. Ça paraît bizarre pour les adultes de parler de fuite à notre âge. Eux, ils pensent qu’il n’y a qu’eux qui ont des problèmes dans la vie de tous les jours. Pourquoi leurs factures à payer, leurs problèmes auraient plus de valeurs que les nôtres ? Trouver sa place entre l’enfance et l’âge adulte ce n’est vraiment pas si simple que ça. Ils devraient s’en souvenir. »

Une élève de 4 e

« J’ai commencé à fumer comme ça, pour voir ce que ça faisait, un peu comme quand on commence la clope en fait. Je ne fume pas souvent, des fois en soirées, ou le week-end avec des potes. Moi je n’en achète pas parce que je pense qu’à partir du moment où tu en achètes pour toi, ça y est tu fumes plus, tu sais que tu en as et tu te mets à fumer plus souvent. »

Un élève de 3 e

« C’est super-facile d’en trouver, il y a toujours quelqu’un pour dépanner. Avec 40 €, tu as de quoi fumer pour le mois. C’est vrai, moi quand j’en ai plus, je le sens, je ressens le manque, ça joue sur mon sommeil, ma faim, ma concentration. Une fois que tu as fumé, tu as faim, soif aussi, ça dessèche pas mal, t’as moins de salive, ça, c’est clair. »

Ouest-France, le 5 Janvier 2010

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Cannabis-paroles-de-jeunes-et-prevention-dans-les-colleges-_56010-avd-20100105-57434491_actuLocale.Htm

Tags: expérimentation, mineur, témoignage

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.