Beziers. Alignan-du-Vent
Ils cultivaient du cannabis à leur domicile

Vingt-cinq plans de cannabis ; 2,3 kg d’herbe séchée ; plus de deux cents grammes de cannabis ; trente litres d’engrais liquide ; des boîtes de plus d’1,80 m aménagées pour la culture : quatre transformateurs ; neuf lampes ultraviolet ; des ventilateurs ; des extracteurs d’air ; des bacs en plastique avec des systèmes de gouttes à gouttes intégrés ; des pulvérisateurs… La perquisition menée au domicile d’un Alignanais, en milieu de semaine, s’est avérée on ne peut plus fructueuse pour les gendarmes de la communauté de brigades de Pézenas. « Comme vous pouvez le constater, on a trouvé chez cet individu une véritable caverne d’Ali Baba , confiait le commandant Emmanuel Bobo. Une serre avec tout un attirail de professionnels. » Une bonne pioche que les gendarmes de Pézenas doivent à un renseignement glané lors d’une enquête remontant à novembre 2009. A cette époque, ils apprenaient en effet qu’un consommateur régulier avait réservé une pièce de sa maison à la culture du cannabis, sur Alignan-du-Vent. Une information qui n’était pas tombée dans l’oreille de sourds. Après avoir demandé une ordonnance de perquisition, délivrée par le juge des libertés et de la détention, les militaires ont pu juger sur pièces de la véracité de leurs infos.

Le propriétaire des lieux ainsi qu’un complice, en l’occurrence deux Alignanais respectivement âgés de 23 et 28 ans, ont été interpellés. Bien obligés de reconnaître les faits, ils ont été placés en garde à vue pour y être entendus. Remis en liberté, ils feront l’objet d’une convocation sur reconnaissance préalable de culpabilité devant le tribunal correctionnel de Béziers fixée au 22 mars 2010.

Quant au matériel et à l’ensemble de la marchandise, tout a été saisi.

Laurent VERMOREL

Midi-libre, 16 janvier 2010

Source : http://www.midilibre.com/articles/2010/01/16/BEZIERS-Ils-cultivaient-du-cannabis-a-leur-domicile-1072772.php5

Tags: actualité, culture indoor, saisie

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.