Source (ndr : à lire avec réserve)

©PHOTOPQR/LE DAUPHINE LIBERE/Stephane MARC

©PHOTOPQR / LE DAUPHINE LIBERE / Stephane MARC

« C’est au moment où un jeune doit se prendre en main pour avancer dans la vie qu’il vient bloquer ses capacités pour le faire. C’est une saloperie », insiste le Dr Gilles Azalbert. Médecin au centre d’addictologie d’Avignon et pourtant fervent militant de la dépénalisation. « Je me dis pourquoi ne pas “payer pour voir”. Mais cela passe par l’idée d’accepter de gérer la consommation du cannabis, d’en dénoncer les méfaits ».

Le médecin fait un parallèle avec l’alcool et l’époque de sa prohibition aux États-Unis. « On connaît les résultats de cette période : mafia, violence et criminalité. Aujourd’hui, l’alcool tue par lui-même alors que le cannabis tue par la criminalité qu’il engendre. »

« Les partisans de la répression se mettent le doigt dans l’œil ! »

Quant à l’argument qui consiste à dire que le cannabis est un palier pour passer aux drogues dures, le spécialiste maintient qu’il s’agit d’un faux argument. « Elles sont déjà présentes. Le cannabis est juste un moyen de générer de l’argent facile à de petites crapules. C’est une hypocrisie qui enrichit les trafics. » Convaincu qu’un assouplissement de la réglementation ne pourrait avoir qu’un effet positif sur la baisse de la délinquance, il accuse « les partisans de la répression qui se mettent le doigt dans l’œil ! Je suis persuadé qu’une dépénalisation baisserait la délinquance d’au moins 10 % ».

Et d’ajouter : « Le cannabis est une drogue calmante. En principe quelqu’un qui veut arrêter d’en fumer peut le faire sans souffrir d’aucun trouble physique. Il y a moins de trouble pour arrêter le cannabis que pour stopper la cigarette. »

Malgré tout, le Dr Gilles Azalbert appelle à la plus grande vigilance. D’autant que de plus en plus de producteurs et trafiquants utilisent des produits 30 fois plus dosés en tétrahydrocannabinol, molécule psychotrope du cannabis.

(ndr : à débattre.)

 

Tags: alcool, dose létale inexistante, prohibition, santé

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.