Une étude révèle que la majorité des enfants élevés par leurs parents dans des lieux de production de drogue sont malgré tout en meilleure santé que s’ils étaient placés en foyers d’accueil.

Cette recherche, dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique The Journal of Pediatrics, indique que la plupart des jeunes retirés de leur foyer parce que leurs parents y produisaient de la drogue étaient en bonne santé, ne consommaient pas de drogue et fréquentaient l’école.

De façon générale, ils présentaient moins de problèmes de santé que la moyenne de la population canadienne.

L’étude a analysé l’état de santé de 75 enfants issus de la région de York en Ontario, leur âge variait de deux mois à 15 ans.

Dans près de 80% des foyers examinés, on faisait pousser de la marijuana ou encore on a saisi d’importantes quantités de cannabis. Dans les autres foyers, on produisait ou l’on stockait des amphétamines, de la cocaïne, de l’héroïne, etc.

«Cette étude est très éclairante dans la mesure où elle nous permet de savoir que de tels environnements n’ont malgré tout pas d’effet durable sur les enfants qui y vivaient», a souligné le chef de la police régionale de York, Bruce Herridge.

Sur la base de ces conclusions, l’auteur principal de cette recherche, le Dr Gideon Koren indique que le placement de ces enfants en foyers d’accueil ne devrait pas être décidé de façon systématique. «La décision devrait être prise au cas par cas», a-t-il dit.

Source: Canoë Santé & Cannaweed

Tags: enfance, étude, santé

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.