Toke of the town, le 21 sept 2011

Un rapport publié par un des organismes de recherche le plus respecté du monde, la Société non partisane RAND, montre que les taux de criminalité locaux ont généralement augmenté dans certaines zones après la fermeture de dispensaires de cannabis médical, à proximité de ces zones, sur Los Angeles.

L’étude, réalisée en Juin 2010 – juste après que beaucoup de collectifs de L.A. furent contraints par la ville à fermer – a constaté que la criminalité locale a augmenté d’environ 60% dans trois blocs proches d’un dispensaire fermé, comparé à d’autres dispensaires qui sont restés ouverts, sur les mêmes distances.

Pour les incidents d’agressions à eux seuls, c’est une augmentation de 90% qui s’est vue, autour de dispensaires fermés, comparés à des zones où ils sont restés ouverts.

Ce rapport marque une réfutation historique d’affirmations passées, hyperbolique et infondées, qu’ont émis les adversaires du cannabis médical, affirmations qui suggèrent que les dispensaires provoquent le crime. Les auteurs du rapport citent l’existence de ces revendications et notent que “les affirmations qui disent que les dispensaires de marijuana médicale attirent le crime n’ont pas été rigoureusement évaluées empiriquement. Notre travail est la première analyse systématique et indépendante vis à vis de ces affirmations.”

“Ce rapport confirme simplement ce que nous avons vu au fur et à mesure”, a déclaré Aaron Smith, directeur exécutif de la National Cannabis Industry Association, un groupe représentant les intérêts des affaires en cannabis médical, détenues par l’État.

“En plus de créer des emplois et de payer des impôts qui soutiennent les services locaux de sécurité publique, les entreprises légales de cannabis médical contribuent à la sécurité des quartiers en occupant sur le terrain et en maintenant sécurisées les commerces – même dans l’horizon d’un climat économique déplorable», a déclaré Smith.

Traduit approximativement avec l’aide de Google Translate, pour TDME par Cynoque (sous CC)

Tags: Aaron Smith, agression, criminalité, dispensaire, étude, fermeture, Los Angeles, National Cannabis Industry Association, RAND, rapport, usa

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.