Canoë, le 24 septembre 2011

MONTRÉAL – Les États-Unis vont plus loin (ndr : que le Canada) dans la lutte antidrogue et mettent sur pied une base de données regroupant l’ADN de plants de marijuana, une initiative qui pourrait faire des petits au Canada.

L’idée vient de l’université de New Haven, au Connecticut. L’objectif derrière un répertoire des différentes signatures génétiques des plants de pot est de «débusquer la provenance des plantations de marijuana et de lier sa culture aux groupes criminalisés», peut-on lire dans un communiqué.

Plus de 1,8 million de ces plants sont saisis chaque année au Canada. Le procédé est sensiblement le même que celui utilisé par les laboratoires judiciaires servant à associer un meurtrier à sa victime.

«C’est très récent comme technologie, a commenté Chan Dara, coordonnateur national des opérations de culture de marijuana à la Gendarmerie du Canada. On va attendre et voir si c’est utile pour amener des preuves devant un juge.» Cette méthode, déjà connue au Canada, est exploitée par les Allemands.

«Ce genre de prouesse technique ne me surprend pas, a expliqué Hugo St-Onge, chef du Bloc pot. Pour moi, c’est un autre pas vers l’hyper spécialisation de la prohibition.» Pour lui, cette innovation n’aurait guère plus de succès que les précédentes.

«Ils veulent toujours remonter plus haut dans la pyramide du réseau de trafiquants pour prendre les gros poissons. Mais justement, ils ne les attrapent jamais», a-t-il indiqué.

À son avis, l’opération Cisaille, menée par la Sûreté du Québec depuis 1999 et qui vise à détruire le plus grand nombre de plantations en une journée, est le reflet de cet échec. «Il y a plus de cannabis qu’il n’y en a jamais eu. On est passé de 1600 $ à 1200 $ la livre, preuve que l’offre ne diminue pas», a-t-il ajouté.

Le gouvernement Harper a déposé mardi un projet de loi devant permettre de punir plus sévèrement les trafiquants.

Tags: ADN, allemagne, autoproduction, base de donnée, Bloc Pot, Chan Dara, Connecticut, criminalisation, diabolisation, fichage, Gendarmerie du Canada, génétique, gouvernement Harper, Hugo St-Onge, opération cisaille, prohibition, Sûreté du Québec, université de New Haven, usa

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.