Source, le 12 oct 2011

Des jolies couleurs et des tas d’infos non vérifiées ou fausses : c’est l’arme secrète de l’UMP pour son « argumentaire » contre la dépénalisation du cannabis.

Les socialistes (ceux qui « sont prêts à sacrifier la santé et la sécurité publique ») peuvent trembler : les militants UMP ont sous le coude une fiche, sorte d’infographie simpliste pour contrecarrer les pro-cannabis. Avec deux volets :

  • santé (un pot pourri de tous les risques – ceux du cancer et de la sécurité routière, majeurs, passent à la trappe) ;
  • sécurité.

Joints flottants et marché noir

Extrait de l’argumentaire UMP sur le cannabis.

Dépénaliser le cannabis « n’entraînerait pas la fin du trafic mais augmenterait l’insécurité ». Les premiers points reprennent les traditionnels arguments des anti-dépénalisation :

  • autoriser le cannabis attiserait le marché noir (une infographie représente plein de joints flottant autour de symboles d’euros) et le « financement des organisations mafieuses et criminelles » (là, l’argument est flanqué d’un gangster à chapeau) ;
  • « Pour concurrencer le cannabis classique, à bas taux de THC, les trafiquants répliqueront en inondant le marché avec du cannabis plus chargé. » Pour ce dernier point, citons le cas des Pays-Bas qui vient d’interdire le cannabis fort (concentration de THC supérieur à 15%) : selon l’institut Trimbos, la concentration moyenne de l’herbe des coffee-shops hollandais se situe autour de 16,5%. Rien à voir avec un raz-de-marée.

Mauvais chiffres, fausse étude

Certains arguments sont carrément faux :

  • « Banaliser le cannabis, c’est repousser les barrières de l’interdit vers des drogues beaucoup plus dures. » C’est la « théorie de l’escalade » qui a aujourd’hui peu de crédit : il existe d’ailleurs des millions de consommateurs de cannabis en France (30% des adultes déclarent en avoir consommé en 2010). Pourtant, peu d’entre eux ont déjà essayé les drogues dures (ainsi la cocaïne a été expérimenté par 3,8% des 18-64 ans).

Extrait de l’argumentaire UMP sur le cannabis.

  • « 50% des jeunes de 17 ans qui ne consomment pas de cannabis déclarent ne pas le faire en raison de l’interdit qui pèse sur ce produit. » Cette fois-ci, l’info est sourcée mais pas linkée : une enquête Escapad datée de 2009. L’UMP l’a-t-elle eu en exclusivité ? Non, elle n’existe tout simplement pas. La dernière enquête Escapad remonte à 2008. Le chiffre cité est sensiblement différent : « L’illégalité est avancée par 39% des non consommateurs de cannabis. »

« Mais surtout »

Dernier point, enfin, le « mais surtout » (malhonnête) :

« Tous les pays qui sont allés sur la voie de la dépénalisation font marche arrière. »

 

Extrait de l’argumentaire UMP sur le cannabis.

Tous ? Passons sur les cas des nombreux pays, en Europe, qui ont dépénalisé la consommation de cannabis (Allemagne, Danemark, Belgique, Italie…) ou le Portugal, qui a décriminalisé l’usage et la possession des drogues illicites en 2001 (ce qui n’a d’ailleurs pas entraîné de bond dans la consommation), sans revenir en arrière.

L’UMP cite les Pays-Bas, où dans certaines villes comme Maastricht, l’accès des coffee-shops est désormais réservé aux résidents et à certains étrangers (Belges et Allemands). Agacement de Dominique Broc du Circ (Collectif d’information et de recherche cannabique), contacté par Rue89 :

« Ils n’ont pas remis en cause le statut du cannabis. Mais le fait de le fournir aux touristes européens, sous la pression de la France notamment. »

Quant au Royaume-Uni, qui a soi-disant « reclassé le cannabis parmi les drogues dangereuses », ça n’est pas tout à fait vrai : le gouvernement a reclassé en 2008 le cannabis en classe B. Les drogues les plus dangereuses sont en classe A.

Enfin, pour blinder l’argumentaire de chiffres bien concrets, l’UMP a même osé le produit en croix. A partir d’un article du Figaro, qui cite des chiffres espagnols : il y aurait eu, en 1983, 93 morts d’overdose contre 813 en 1992. Soit une augmentation de 774%. « Mais surtout », problème : le risque d’overdose n’existe pas avec le cannabis.

Comment embrouiller le militant UMP.

Tags: hypocrisie, image, insécurité, mensonges, santé publique

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.