Big Browser, blog sur Le Monde, le 1er mars 2012

Comment renflouer les finances publiques quand le budget d’une commune se trouve plombé par la crise ? Rasquera, localité du nord-est de l’Espagne, avance une solution originale. Son plan d’action municipal anticrise prévoit d’autoriser la plantation de cannabis, rapporte le quotidien Diaro de Sevilla.

La commune compte créer une entreprise publique pour aider les propriétaires de terres  à les louer à une association légale de consommateurs, précise le quotidien ABC. Huit hectares de chanvre indien devraient ainsi  prochainement être cultivés par l’Association barcelonaise de consommation privée de cannabis (ABCDA) pour ses quelque cinq mille membres.

Comme beaucoup de communes espagnoles, ce village de neuf cents âmes est lourdement endetté, de 1,3 million d’euros. “La commune a beaucoup de difficulté avec la crise, beaucoup de gens sont au chômage. Maintenant, on nous demande de rembourser les dettes à un rythme impossible pour un petit village“, fait valoir Josep Maria Insausti, conseiller municipal chargé des affaires économiques.

Selon lui, le prix de location des terres destinées à cette culture devrait être multiplié par plus de dix par rapport aux baux normaux. Une demi-douzaine de propriétaires sont d’ores et déjà intéressés. Seule la surveillance des plantations sera à la charge de la commune.

Avis à ceux qui voudraient faire la même chose, si l’autoproduction et la consommation de haschich ne sont pas un délit en Espagne, elles le sont en France.

Tags: ABCDA, argent, Association barcelonaise de consommation privée de cannabis, association de consommateurs, autoproduction, chômage, crise, dette, espagne, haschich, loi, Rasquera, renflouement des caisses, travail

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.