Cet article a été traduit avec le concours de Google Traduction. Trouvé via @Anandamineji. Mis à disposition sous CC By Nc. Traduction : Cynoque

Texte original : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2209772/Cannabis-like-drug-tested-fight-advanced-cancers.html

Un médicament équivalent au cannabis doit être testé sur des patients atteints de cancers avancés par les scientifiques du Royaume-Uni.

L’essai le plus proche dans le temps étudiera le potentiel du dexanabinol pour traiter un éventail de tumeurs solides.

Une étude similaire de phase I sur le cancer du cerveau est déjà en cours aux États-Unis. Les résultats des deux sont attendus pour l’année prochaine.

Cannabis © Alamy (dailymail) Image copiée depuis cette adresse : http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2012/09/28/article-0-128D4100000005DC-613_468x286.jpg

Nouvel espoir ? Un ingrédient du cannabis est actuellement testé pour traiter le cancer

Le dexanabinol est issu d’une famille de composés appelés cannabinoïdes et en rapport avec les produits chimiques actifs du cannabis. Cependant, elle est synthétisée en laboratoire et ne provoque aucun des effets psychotropes liés à la drogue.

Le scientifique à la tête de cette étude, le professeur Ruth Plummer, de l’Université de Newcastle, a déclaré: «Le point de départ de cette étude était de cartographier les réseaux de protéines qui semblent avoir un rôle dans le cancer, d’identifier les points sur lesquels ces réseaux pourraient être perturbés, et ensuite voir si il y avait des médicaments existants pour cibler ces points.

«C’était cette nouvelle approche – dite pharmacologie des réseaux – qui a mis en évidence en premier les potentiels des propriétés anticancéreuses du dexanabinol, qui a été initialement développé pour traiter les patients souffrant de blessures graves à la tête. Bien que cela illustre certainement qu’il puisse y avoir des composés à potentiel thérapeutique réel liés à ceux du cannabis, il souligne également l’importance d’appliquer des méthodes scientifiques rigoureuses lors de la sélection des molécules qui pourraient avoir un potentiel tel qu’un traitement contre le cancer.

Recherche © Alamy (dailymail) image copiée depuis cette adresse : http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2012/09/28/article-2209772-04EB19CF0000044D-393_468x379.jpg

Temps d'essai; Les scientifiques vont analyser si un médicament équivalent au cannabis peut être utilisé pour traiter certaines formes de cancer

«Il s’agit d’un essai de phase I, de sorte que le principal objectif sera d’établir quelle dose est sûre et évaluer tous les effets secondaires. Mais nous allons aussi observer quel effet, le cas échéant, le médicament a sur le cancer du patient.

Environ 45 patients sont recrutés pour participer à l’essai. Tous ont des tumeurs solides avancées qui ne peuvent pas être aidées par un traitement existant.

L’étude est financée par le fabricant du médicament, au Royaume-Uni e-Therapeutics.

Elle sera basée au Cancer Research UK, au National Institute for Health Research (INDH),  Experimental Cancer Medicine Center à Newcastle.

Dr Joanna Reynolds, directeur du centre Cancer Research UK , a déclaré: «Les propriétés anticancéreuses potentielles de produits chimiques présents dans le cannabis ont d’abord été abordé par les scientifiques dans les années 1970.

«Mais c’est seulement maintenant que nous avons des preuves scientifiques robustes, qui côtoient des techniques fiables pour la fabrication de médicaments sûrs et pratiques, liés à ces produits chimiques, et nous sommes à une étape cruciale qui nous permet de pouvoir se lancer dans des essais chez les patients cancéreux.

«C’est le travail du réseau Experimental Cancer Medicine d’aider à accélérer l’arrivée de nouveaux médicaments, des laboratoires aux cliniques, et nous sommes ravis de soutenir certains des premiers pas vers l’espoir de faire tourner cette recherche minutieuse en nouveaux traitements qui pourraient bénéficier aux patients ».

Tags: cancer, cancer avancé, cancer du cerveau, Cancer Research UK, cannabinoïde, cannabis, cannabis thérapeutique, dexanabinol, dosage, e-Therapeutics, effets secondaires, essais cliniques, étude, étude de phase I, évaluation, Experimental Cancer Medicine, financement, gb, INDH, Joanna Reynolds, médicament, National Institute for Health Research, pharmacologie des réseaux, propriétés anticancéreuses, recherche, réseaux de protéines, Ruth Plummer, santé, thérapeutique, Université de Newcastle, usa

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.