26/02/2010

Tribunal. Une peine de trois ans de prison a été requise hier à l’encontre d’un conducteur positif au cannabis et à l’origine de la mort d’un jeune étudiant.

Les professionnels de la route sont unanimes : la prise de cannabis multiplie par deux les risques d’accident. Hier, le tribunal correctionnel s’est penché attentivement sur ce fléau à travers un dramatique accident de la route survenu le 6 février 2008. Un accident mortel qui a coûté la vie à un étudiant de Castelginest, Florentin Canciani, 19 ans. Ce matin-là, sur le périphérique, la Peugeot Partner conduite par Valéry Francisco, 33 ans, percute par l’arrière, la Peugeot 106, de Florentin Canciani, bloquée dans les embouteillages, après une grève des taxis, sur la voie de droite, avant la sortie Montaudran. Sous la violence du choc, la voiture de cet étudiant en commerce s’embrase ne lui laissant aucune chance. Pas de freinage, pas de manœuvre pour éviter le véhicule de la victime. Un choc à 96 km/h, selon les experts. Comme si Valéry Francisco, frigoriste au volant de sa voiture d’entreprise, n’avait rien vu. Consommateur de cannabis depuis plus de dix ans, il ne ressentait aucun effet néfaste ce matin-là. Et pourtant… Hier, les parents de Florentin, Geneviève et Mario Canciani, parties civiles, ont voulu comprendre. Pas de haine dans leurs propos. « Mais que l’on tire les leçons du passé et que l’on prenne conscience du danger de l’usage des drogues au volant », disent-ils malgré la douleur qui les étreint. Leur vie ? « Une torture que l’on nous impose. » Libre et à la barre, Valéry, Francisco, lunettes sur le nez, allure impeccable, se dit rongé par cette terrible matinée. « Je n’avais pas mes lunettes ce jour-là, j’ai fumé un joint la veille, pour me détendre après le boulot. C’est la somme de facteurs qui est à l’origine de l’accident. Je faisais 100 km tous les jours pour aller au boulot. J’avais des journées chargées, la fatigue aussi… » Un joint. Presque banal pour ce garçon décrit comme « un intoxiqué au cannabis », par la procureur Claudie Viaud qui requiert trois ans ferme. « Il n’a jamais fui ses responsabilités. Le cannabis n’est pas la seule explication. Il y a les embouteillages et cette voie de dégagement qui n’en est pas une », rétorque, pour la défense, MeAlfort. Pour les parties civiles, « le cannabis est bien à l’origine du drame », assène Me Remaury. Un produit dont les effets peuvent courir sur 20 heures pour un consommateur régulier. Valéry Francisco, semblait l’ignorer. Depuis, il n’a plus touché un seul joint. Jugement le 11 mars.

http://www.ladepeche.fr/article/2010/02/26/785192-Le-proces-du-cannabis-au-volant.html

Tags: conduite

| Fil RSS des commentaires pour ce billet

Les commentaires sont clos.